Accueil arrow Metal Underground arrow OBED MARSH "Innsmouth" (Australie)

Kaosguards

 

OBED MARSH "Innsmouth" (Australie)

OBED MARSH InnsmouthOn le savait, pourtant. On peut-être le sentait-on.

En tout cas, entre les essais nucléaires français dans le Pacifique pendant des décennies et le trou béant dans la couche d'ozone, on sentait bien que l'Australie allait finir par nous produire des mutants ! Contrairement aux conspirationnistes de bas étage, je n'affirme rien sans preuve. Et la preuve la plus infecte, la voici, elle se nomme OBED MARSH et elle s'est infiltrée dans notre dimension cet été avec son premier album auto-produit « Innsmouth ».

Histoire de pouvoir tromper le monde des humains, les mutants ont adopté l'univers cauchemardesque et baroque de Howard P. Lovecraft, déjà largement adoubé par le monde du Metal : CELTIC FROST, METALLICA, MANILLA ROAD, HELLWELL, BAL SAGOTH, DYLATH-LEEN , EVOKE THY LORDS, ELECTRIC WIZARD, MEKONG DELTA, MORBID ANGEL, ELECTRIC WIZARD... La liste est interminable !
Oh, mais la mutation n'écarte pas la malice. Notamment celle qui consiste à se cacher derrière l'univers de l'écrivain majeur du Fantastique que fut Lovecraft. Depuis les années 60 (soit longtemps après la mort dans un quasi-anonymat de l'auteur), les nouvelles mettant souvent en scène des entités malfaisantes séduisent des générations successives de lecteurs. Quel meilleur vecteur pour atteindre et corrompre notre belle jeunesse ?! C'est pourquoi les deux mutants composant ce groupe empruntent patronyme à l'un des personnages de la nouvelle « The Shadow Over Innsmouth », dans laquelle un enquêteur découvre que la petite ville côtière d'Innsmouth est le théâtre d'un culte païen dédié à Dagon.

Force est de constater que le Black Doom inexorablement lourd et suffocant proposé par le duo restitue à merveille l'ambiance poisseuse et angoissante de la nouvelle de Lovecraft. Rampant au long de formats conséquent (souvent entre sept et dix minutes), les rythmiques se veulent massives et écrasantes, grâce aux martèlements sévères de la batterie et aux riffs granitiques et grinçants. Tellement grinçants qu'ils portent par moments des dissonances à la limite du Post Metal ou du Post Hardcore.
Gutturaux, douloureusement écorchés, les vocaux apportent une touche malsaine et misanthropique qui émane du Black Metal. Perdues dans le mixage, les éructations haineuses s'apparentent à autant de litanies impies émanant d'un gosier non humain.

L'ensemble est assez difficile à appréhender, voire à apprécier de prime abord, mais on se laisse rapidement happer par ces tentacules massives et gluantes, par ces reptations lentes, par ces motifs hypnotiques et terrassants.

Alain Lavanne

 

Style: Black Doom Métal

Note: 15/20

Ecoutez ici

 
< Précédent   Suivant >

Myspace

En ecoute

start Player