Accueil arrow Interviews arrow HAILSTONE le 14/09/2016

Kaosguards

 

HAILSTONE le 14/09/2016

HAILSTONEInterview réalisée par mail avec le groupe.

 

C'est encore de la puissante Allemagne que vient HAILSTONE. Si l'expertise de nos voisins n'est plus à démonter, il est cependant moins courant que le métal Germanique produise ce genre de musique. Curiosité qui devait trouver réponse par le truchement de cette interview où le guitariste du groupe dévoile l'âme de sa formation.

 1- Salut HAILSTONE, j’ai adoré votre second album et nous avons hâte de mieux vous connaître. Comment vous êtes-vous formés ?

Bastian: Salut Phil, merci, composer et enregistrer le second album a été un travail dur, et c’est sympa de voir que les gens l’aiment. L’histoire du groupe est beaucoup trop longue, donc je vais l’abréger un peu :
Hans, Daniel et moi sommes le cœur du groupe depuis qu’on l’a commencé en 2009. Après avoir enregistré notre premier album « The Greater Counterfeit » en 2012 nous avons joué 100 concerts et festivals avec plusieurs changements de line-up jusqu’à ce que Jakob, un très bon ami à nous, nous file un coup de main quand nous nous sommes retrouvés sans batteur, et rapidement il est devenu un membre à part entière d'HAILSTONE. Avant l’enregistrement de l’album notre guitariste est parti aussi, donc c’est aussi à ce moment qu’on a décidé de former un quatuor, avec Daniel à la guitare.
En 2015 Daniel et Jakob sont allés aux Wing Studios, de Stockholm, pour enregistrer la batterie et le chant avec Sverker Widgren (Centinex, Demonical). Nous avons enregistré la basse et la guitare nous-mêmes avant de les confier à Basti du Grotesque Studios, à Munich, pour le mixage et le mastering.

2- Comme je l’ai écrit dans ma chronique, on connaît peu de groupes allemands qui jouent votre style. En général, en Allemagne, c’est plutôt le thrash et le heavy qui dominent.

Daniel: Il est difficile de se démarquer parmi l'épitomé (sans mauvais jeu de mots) du thrash et du heavy teuton. Nous avons beaucoup de groupes de death mélodique prometteurs en Allemagne, mais il est vrai qu’il y en a bien plus dans l’underground. À mon avis personnel, il est vrai que maintenant nous vivons un revival du thrash old school, mené par de jeunes groupes vraiment impressionnants. Mais on essaie de tenir la distance.

3- J’ai pensé aux premiers albums de Dark Tranquillity ou In Flames en vous écoutant. Pensez-vous qu’ils aient influencé votre musique ? Sinon, quels groupes sont pour vous des influences majeures ?

Daniel: Personnellement j’ai toujours été un grand fan de Dark Tranquillity et des vieux In Flames. Il y a sûrement des ressemblances dans notre musique, mais je ne dirais pas que ce sont des influences directes. Bien sûr, le death mélodique tourne toujours autour du même concept, sinon ce ne serait pas du death mélodique. Pour notre premier album, nous nous sommes beaucoup inspirés de groupes Suédois comme Evocation ou Amon Amarth. Je pense que pour « Epitome » nous avons pris une approche plus générale et simplement infusé des riffs cools avec la marque de fabrique « HAILSTONE». Mais c’est ça qui est cool quand tu travailles sur ton propre son.
Jakob: J’ai aussi beaucoup écouté In Flames et Dark Tranquility ; mais je n’écoutais pas tant que ça les autres groupes de la scène death mélodique. Donc pour moi, ces deux groupes sont clairement une influence, parce qu’ils m’ont formé à comprendre le jeu de batterie metal.

4- Comment avez-vous pensé l’artwork de votre nouvel album ? Il est impressionnant !

Daniel: Merci. L’artwork a été fait par le talentueux Roberto Toderico d’Italie (hails mon frère !), qui a également travaillé comme designer pour d’autres groupes et pour des festivals. J’avais cette idée, en accord avec le concept de l’album, pour que la pochette représente quelqu’un coincé dans un environnement surnaturel sans échappatoire et hanté par ses démons, ce qui reflète le désespoir et la souffrance éternelle. C'est plutôt metal, non ? Et Roberto y a carrément mis la touche Death Metal.

5- Vous avez signé avec Bret Hard Records. Comment cela se fait-il que vous n’ayez pas opté pour un label plus prestigieux ?

Daniel: Deux raisons. L’une d’elles est qu’un gros label ne correspond pas nécessairement à nos attentes. En tant que groupe il faut aussi penser à la quantité de temps et d’effort que chacun peut consacrer au groupe. On a tous des boulots à temps plein et on ne peut pas vivre seulement sur nos attentes. Il y a tellement de bons groupes, les labels n’ont qu’à faire leur choix. Il vaut mieux commencer petit et gravir les échelons un par un. L’autre raison, c’est que Bret Hard nous ont répondus (contrairement à beaucoup de labels) et nous ont dit qu’ils aimaient notre musique. Donc on y est allés pour rencontrer Thorsten, pour discuter, et on a fini par conclure l’affaire.

6- Pouvez-vous décrire en quelques mots votre nouvel album « Epitome » ? D’où viennent les titres et les sujets des textes ?

Daniel: "Epitome" tourne autour de l’idée d’un genre d’antagonisme et d'incertitude intérieurs. Le sujet lui-même n’a rien de surprenant ni même de nouveau, mais je voulais lui donner une autre forme, plus personnelle. Les titres et le sujet tournent tous autour de cette idée. Lorsque j’ai commencé à travailler sur les paroles de l’album, deux ou trois choses sont arrivées et j’ai eu beaucoup de temps - volontairement et involontairement - pour penser à beaucoup de sujets. Et en même temps j’écoutais un peu trop de musique sombre et acoustique, haha! Je voulais écrire des textes de death metal dans un style individuel, qui correspondraient à la musique bien sûr, mais qui seraient en même temps différents, pour que je puisse dire : Ouaip, ça c’est mes textes. Je pense que dans les chansons où je voulais transmettre certaines sensations, les textes y parviennent. Même si je dois admettre que dans certaines parties, je voulais juste écrire des paroles prenantes et qui fassent bien Death Metal, donc j’ai suivi mon instinct et je les ai incluses. Il paraît que le kitsch ne fait pas de mal si on n’en abuse pas.    

7- Quels sont vos plans de tournées, concerts etc ? Quand jouerez-vous en France ?

Hans: On veut aussi promouvoir le nouvel album sur scène, bien sûr, et on est déjà en train de planifier des concerts. Mais pour tous les promoteurs et organisateurs de festivals qui nous lisent, n’hésitez pas à nous programmer.
Nous n’avons pas encore joué en France, mais si l’opportunité se présente, bien sûr qu’on viendra jouer.
Jakob: On espère certainement élargir notre cercle. Jouer en France et dans d’autres pays d’Europe serait une super opportunité pour nous !

8- Je pense que vous seriez plébiscités dans un pays comme le Japon. Vous avez des contacts dans ce pays ?

Daniel: Je suis déjà allé au Japon auparavant, et je pense que c’est un pays incroyable pour voyager. Pour ce qui est des contacts metal, on a eu des commandes de merch pour le Japon. Mais malheureusement, nous n’avons pas encore de contacts avec des magazines ou avec des promoteurs metal. J’adorerais y jouer un jour et goûter à toutes leurs nourritures, tout le temps, surtout les ramens. Peut-être qu'il y a un promoteur qui nous lit et qui serait partant pour nous emmener au Japon ou en Asie, s’il vous plaît ?

9- Pourquoi attendre quatre ans avant de sortir votre nouvel album ?? « The Greater Counterfeit » est sorti en 2012, que s’est-il passé ensuite ?

Hans: Tout le monde dans le groupe bosse à temps plein, et on a eu beaucoup de problèmes de changements de line-up ces quatre dernières années.
En 2014 nous avons eu quatre batteurs, le quatrième (Jakob) est resté dans l’équipe jusqu’à aujourd’hui.
Jakob: J’ai rejoint HAILSTONE en octobre 2014 après que le groupe ait ramé avec différents batteurs, comme l’a dit Hans. Presque immédiatement, on s’est rendus compte qu’on a une bonne alchimie ensemble. On a vite commencé à composer pour le nouvel album et commencé à enregistrer en 2015. Heureusement, ce sera un peu moins compliqué pour le prochain album.
Daniel: On a aussi des trucs privés importants à gérer ces deux dernières années, donc on a décidé de mettre le groupe entre parenthèses pour ça. Donc on ne pouvait pas travailler aussi intensément que dans les deux mois avant l’enregistrement. Mais maintenant c’est pratiquement terminé, donc ça ira mieux la prochaine fois.


10- Il y a beaucoup de grands festivals en Allemagne. Dans lequel voudriez-vous jouer ?

Daniel: Tous. Mais en particulier j’adorerais faire le Partysan Open Air. C’était mon tout premier festival, et j’adore toujours autant y aller comme festivalier.
Bastian: Malheureusement le Up From The Ground – Festival n’existe plus, c’était mon festival préféré entre tous, et je m’arracherais une jambe pour pouvoir y jouer… Mais il y a aussi le Hellfest en France qui me fait rêver.
Hans: Je suis d’accord avec Daniel, Partysan est l’un des meilleurs Festivals d’Allemagne. C’est un petit rêve d’y jouer, on verra ce que le futur nous réserve.


11- Votre avion s’écrase, vous êtes sur une île déserte pour dieu sait combien de temps. Quels sont les cinq CD que vous avez eu la chance d’emporter dans votre sac ?

Daniel: Vu que c’est une île, heureusement que j’ai pris de la musique de surf. Spiritual Beggars – Ad Astra, Black Label Society – Hangover Surfers Vol. VI, Misery Index – The Surfin’ Gods, Bloodbath – Surfmares Made Flesh, Amon Amarth – With Surfers On Our Side.
Bastian: Heureusement que Daniel n’ait pas évoqué des groupes de pirate metal kitsch ou le groupe pop allemand Santiano (il ne le dira pas, mais il a un tatouage d’eux sur le cul). Je préfère les trucs de cannibales, parce que je suis plus pour la survie que pour le surf ;)
Ma musique de survie :
Cannibal Corpse – Eaten Back To Life
Mortician – Darkest Day Of Cannibals
Dismember – Cannibal Campaign
Bolt Thrower – Those Once Cannibals
In Flames – Soundtrack To Your Cannibal
Jakob: Vu que j’aime écouter différents styles de musiques, ma liste est un peu plus variée :
Frank Zappa - Apostrophe, Haken - Affinity, Destiny Potato - Lun, Darkane - Rusted Angel, Carnival of Souls - Ritorno a Casa
Hans: Vu que je ne suis pas un surfeur cannibale, je choisirais ces albums-là :
Amorphis – Tales from the thousand Lakes
Type O Negative – Bloody Kisses
Dark Fortress – Tales from the eternal Dusk
Demonical – Death Infernal
Iron Maiden – Somewhere in time


12- Quelques mots pour vos fans en France.

Daniel: Merci pour votre soutien, et on espère venir surfer pas loin de chez vous prochainement !
Jakob: Ouais, merci pour votre soutien ! On espère vous voir sur la scène metal de votre choix !
Hans: Merci beaucoup pour votre soutien pendant ces 8 ans, on se voit sur la route et profitez de notre nouvel album !

13- Merci beaucoup pour cette interview pour KAOSGUARDS. Nous vous souhaitons le meilleur ainsi qu’au reste du groupe !

Jakob: Merci pour cette opportunité !

English Version Image

1- Hi HAILSTONE, I was impressed by your second album and we are impatient to know you better. How did you guys team up?

Bastian: Hi Phil, thank you, it has been hard work to write and record the second album and now it’s nice to see that the people like it. The band’s history is way too long so I will shorten it up a bit:
Hans, Daniel and me have been the inner core of the band since we started it in 2009. After recording our first album “The Greater Counterfeit” in 2012 we played over 100 shows and festivals with several line-up changes until Jakob, a very good friend of ours, helped us out when we found ourselves left with no drummer and quickly he became a full member of Hailstone. Before the album recordings our guitar player also left, so in this time we also decided to run the band as a quartet and so Daniel picked up the guitar.
In 2015 Daniel and Jakob went to the Wing Studios, Stockholm, and recorded drums and vocals together with Sverker Widgren (Centinex, Demonical). Bass and guitars were recorded by ourselves before we gave it to Basti from Grotesque Studios, Munich, to mix and master it.

2- As I wrote it in my review we know few German groups which make your music style. Generally in Germany it's of the thrash, of the heavy which dominates.

Daniel: Well it is hard to stand out among the epitome (no pun intended) of Teutonic Thrash and Heavy Metal. We do have a lot of promising melodic Death Metal bands in Germany, but it holds true that they still are more on an underground level. My personal impression is that right now we are having this oldschool thrash revival, led by some really impressive young bands. But we try to keep up.

3- I thought of the first albums of Dark Tranquillity or In Flames by listening to you. Do you think they influenced your music? If not which bands do you consider as your major influences?

Daniel: Personally I have always been a huge Dark Tranquillity and older In Flames fan. There are certainly some resemblances in our music, but I would not call them direct influences. Melodic Death Metal does of course always revolve around the same concept, otherwise it wouldn’t be what it is. On our first album we did take a lot of inspiration from Swedish bands like Evocation or Amon Amarth. I think for “Epitome” we took a broader approach and simply infused cool riffs with the “Hailstone” stamp. But that is the cool thing about working on your own sound.
Jakob: I have also listened to In Flames and Dark Tranquility a lot; not so much to other bands from the (Melodic) Death Metal scene. So, for me those two bands are definitely an influence, because they shaped my understanding of metal drumming.

4- How did you come up with the artwork of your latest album? It is quite impressive!

Daniel: Glad to hear that. The artwork was done by the talented Roberto Toderico from Italy (hails, brother!), who also works for other metal bands and festivals as a designer. I had this idea, in accordance to the album concept, to have the cover showing someone caught in a surreal surrounding with no escape and being haunted by his demons, reflecting despair and eternal suffering. Pretty metal, don’t you think? And Roberto just totally put the Death Metal touch into it.

5- You have signed to Bret Hard Records. How came and you did not opted for a more renowned one?

Daniel: Two reasons. One of them is that a big label would not necessarily fit our conditions. As a band you also have to consider how much time/effort you can pour into the band. We all have full-time jobs and we are not going to live off expectations alone. There are so many good bands out there from which labels can pick. Better start small and work your way up. Secondly, Bret Hard actually replied to us (many labels don’t) and told us, they liked the music. So we went up there to Thorsten, talked with him and thus the deal was sealed.

6- Could you describe in a few words your new album "Epitome"? Where did you draw the titles and subject from?

Daniel: Epitome revolves around the idea of a kind of inner antagonism and uncertainty. The topic itself is nothing surprising or even new, but I wanted to give it another, more personal form. The titles and subject all base on this idea. When I started working on the lyrics for the album, a bit of stuff happened and I had much time – willingly and unwillingly – to think about quite a lot of topics. And I listened a bit too much to some dark and acoustic music at the same time, haha. I wanted to write an individual kind of death metal lyrics, of course fitting the music, but still lyrically different, so I could say: Yep, those are my lyrics. I think that in songs where I wanted to deliver certain impressions, the lyrics do achieve that. Although I have to admit that for some parts I just wanted catchy and Death Metal-ish lines, so I went and put them in there anyway. They do say that cheese is good when taken in proper amounts.     

7- What are your plans concerning tours, gigs etc? When you will play in France?

Hans: We also want to promote the new album live, of course, some shows are already in planning. But to all promoters or festival organizers out there, feel addressed to book us.
We have not played in France yet, but if the opportunity arises we are of course ready to play there.
Jakob: We're definitely hoping to widen our circle. Playing in France and other European countries would be a great opportunity for us!

8- I think that a country as Japan should elect by plebiscite you. You have contacts with this country?

Daniel: I have been to Japan before and I think it is an amazing country to travel to. As far as metal contacts go, we did have some merchandise orders going out to Japan. But, unfortunately, we are still lacking contacts to metal magazines or bookers. I would love to play there someday and eat all types of food, all the time, especially Ramen. Maybe there are some bookers out there that want to get us to Japan/Asia, so please?

9- Why four years to take out your new album?? "The Greater Counterfeit" was released in 2012, then what happened?

Hans: Everyone in the band has a fulltime job, and we have been plagued in these last four years by lineup changes.
In 2014  we have played with four drummers, the fourth (Jakob) is on board since then.
Jakob: I joined Hailstone in October 2014 after the band had some confusion with different drummers, as Hans said. Almost immediately we found out that we have a good chemistry together. Soon we started writing the material for the upcoming album and started recording in 2015. Hopefully for the next album the process will be a little less complicated.
Daniel: Also some important private matters came up in the last 2 years, thus we decided that the band needs to step back for this. So we couldn’t work as intense as we did in the 2 months before the recordings. But now it is mostly over, so it should be better next time.


10- In Germany there are many of the great festivals. In whic you would like to play?

Daniel: All of them. But especially I’d like to play Partysan Open Air. It was my very first festival ever and it has always been a blast going there as a guest.
Bastian: Unfortunately the Up From The Ground – Festival doesn’t exist anymore, it was my absolute favorite festival and I would rip off my own leg to get the opportunity to play there… But also the Hellfest in France is a dream of mine.
Hans: I agree with Daniel, Partysan is one of the best Festivals in Germany. To play there is a little dream, we will see what the future brings.


11- The plane crashes, you’re on a deserted island for god knows how long. Which five CD’s were you lucky enough to have brought with you in your bag?

Daniel: Since it’s an island, luckily I brought some surfing music. Spiritual Beggars – Ad Astra, Black Label Society – Hangover Surfers Vol. VI, Misery Index – The Surfin’ Gods, Bloodbath – Surfmares Made Flesh, Amon Amarth – With Surfers On Our Side.
Bastian: I am eased that Daniel didn’t mention some cheesy pirate metal or the German pop-band Santiano (he wouldn’t confess, but he got a tattoo of them on his butt). I take the cannibal-stuff, because I like to survive and not to surf ;)
My survival music:
Cannibal Corpse – Eaten Back To Life
Mortician – Darkest Day Of Cannibals
Dismember – Cannibal Campaign
Bolt Thrower – Those Once Cannibals
In Flames – Soundtrack To Your Cannibal
Jakob: Since I like to listen to different styles of music, my list is a little bit more mixed up:
Frank Zappa - Apostrophe, Haken - Affinity, Destiny Potato - Lun, Darkane - Rusted Angel, Carnival of Souls - Ritorno a Casa
Hans: Since I'm not a Cannibal Surfer, I’d hear the following albums:
Amorphis – Tales from the thousand Lakes
Type O Negative – Bloody Kisses
Dark Fortress – Tales from the eternal Dusk
Demonical – Death Infernal
Iron Maiden – Somewere in time


12- A few words for your fans out there.

Daniel: Thank you for supporting us until now and we hope to surf a town next to you soon!
Jakob: Yeah, thanks for your support! We'll hopefully see you soon on the Metal stage of your choice!
Hans: Thanks a lot for your support the last 8 years, see you on the road & enjoy our new album.

13- Thank you a lot for this interview for KAOSGUARDS. We wish all the best for you and the rest of the band!

Jakob: Thank you for the opportunity!

 

 
< Précédent   Suivant >

Myspace

En ecoute

start Player