Accueil arrow Interviews arrow LEYM'FEST le 01/08/2016

Kaosguards

 

LEYM'FEST le 01/08/2016

Christophe et MorganInterview réalisée par mail avec Christophe et Morgan de l'association AMM.

À notre époque où le métal n'échappe pas à la macro-consommation avec ces festivals de plus en plus gros, des "artisans" perpétuent encore la manifestation à taille humaine. C'est le cas de festival qui se tient dans l'Ain (à Leyment plus précisément à quelques encablures d'Ambérieu-en-Bugey) et qui se veut un rendez-vous de passionnés où la franche copinerie est une priorité. Rencontre avec les deux principaux protagonistes défenseurs du vrai heavy métal!

 

1- Salut Christophe, ravi de mettre à l'honneur de gens qui se bouge pour le heavy, cela n'est pas si courant en France...
( Christophe, coordinateur,  et Morgan, président de AMM).

Merci à toi et à Kaosguards de nous offrir un espace d’expression. Nous essayons effectivement de nous bouger pour proposer quelques moments d’amitié et de partage autour de cette passion qu’est la musique, plus principalement le métal. Nous tentons d’amener notre toute petite pierre à l’édifice.


2- Présentes-nous un peu les activités de ton association.

AMM est une association de Leyment.  L’organisation principal est le LeymFest, cette année ce sera la 4è édition. Nous organisons aussi des concerts en salle (1 en 2015, 3 cette année). Nous avons aussi une soirée festive karaoké buffet dinatoire, et pour la première fois nous marquerons la fin d’année avec une soirée spectacle. Nous hébergeons également un groupe et un 2è va nous rejoindre. Nous n’avons pas vocation ni structure pour créer un pool mais nous soutenons nos membres. Nous participons ainsi à la vie d’un village, d’une région, en exposant notre festival et en revendiquant l’appartenance géographique de l’asso.


3- Racontes-nous un peu comment t'es venu l'idée de monter ce festival.

C’est AMM qui avait organisé un premier Leym'Fest il y a 4 ans et demi, avec une autre asso, sans suite. Morgan, Carole (la 3è tête de AMM) et moi-même nous sommes rencontrés chez un ami commun. J’avais une asso à l’époque et nous souhaitions construire une passerelle entre les deux assos, AMM souhaitant se relancer. Mon asso ayant périclité, j’ai tout naturellement rejoint AMM de façon plus présente. Chacun amenant quelque chose, qui le lieu et des moyens matériels, qui ses contacts et les moyens techniques. Et surtout l’envie et la passion étaient le dénominateur commun. Le festival renaissait en septembre 2014.


4- Je ne vois pas de groupes étrangers à ton affiche. Est-ce une volonté de votre part ou une obligation?

Nous nous positionnons pour le moment sur une programmation régionale par manque de moyens. Mais pas que…Les groupes présents (passé ou à venir) sont issus de rencontres et de relations communes et nous souhaitons réellement les avoir chez nous. Donc dans un premier temps nous partageons nos passions sur notre scène, mais aussi nos amitiés. Mais nous pouvons avoir accès à des groupes étrangers par nos relations avec des sympathisants du fest. Nos moyens ne sont pas encore adaptés mais l’ouverture se fera certainement.  


5- Sur quels critères choisissez-vous les groupes à l'affiche?

Pour relancer le fest en un minimum de temps, nous avons procédé par relations. Puis au gré des rencontres sur d’autres fests ou concerts, ou même hors musique, des rapprochements avec pas mal de groupes se sont créés. Je me déplace beaucoup et noue beaucoup de contacts, grâce aussi aux groupes et musiciens qui sont venus. C’est une sorte de phénomène boule de neige. Quand les propositions des uns et des autres rencontrent l’envie et la passion, les affiches peuvent être très sympas. Cette année tous les groupes sont aussi des relations amicales et ont été vus et revus. Et je peux dire que la liste des possibilités étaient longues. Nous recevons aussi beaucoup de demandes de toute la France, malgré notre petite structure, et l’avenir verra se produire chez nous des groupes hors région. Mais sans oublier nos groupes régionaux. Mais nous resterons toujours attaché au contenu du contact que nous avons avec les groupes, à une certaine philosophie ou approche commune. Le but est aussi de partager avec eux cette journée, autour d’une passion, autour d’une scène, mais aussi autour d’une bonne table.


6- Vous organisez votre manifestation à Leyment (Ain). Avez-vous un soutien de la mairie qui vous facilite la tâche?

Tout à fait ! La mairie fournit un local aux assos du village (que nous rénovons et entretenons) dans l’ancien casernement. Nous avons toute latitude pour utiliser le lieu pour organiser notre fest, et nous avons aussi accès à la salle communale pour nos concerts en salle plusieurs fois dans l’année. Nous bénéficions aussi d’apport non négligeable en matériel. L’appui communal n’est pas toujours de mise ailleurs et nous considérons le soutien de notre mairie comme une chance.


7- J'ai cru comprendre qu'un projet de festival sur deux jours vous "titillais". Vous n'avez pas franchi le pas par souci de ne pas prendre trop de risques?

Ce projet est dans nos cartons, avec concerts deux soirs, scène ouverte et activités diverses, musicales et festives. Mais pour cela il faut des moyens financiers et des moyens humains que nous n’avons pas encore. Nous ne prenons qu’un risque calculé à chaque manifestation, mais un risque quand même. Le risque ne nous effraie pas mais la raison nous freine. Mais notre asso ne demande qu’à grandir et nous souhaitons progresser pas à pas. Il faut solidifier les fondations avant d’édifier une construction.


8- L'Ain est une région qui est assez active désormais au niveau du Métal. Il y a le festival viking depuis deux ans, l'implantation d'Adipocère Records, des concerts à Bourg-en-Bresse et ses environs. Pensez-vous que cette région du fait de sa localisation sur le territoire Français (proximité de la Suisse voir de l'Italie) est idéale?

Idéale je ne sais pas, mais il est vrai que géographiquement cette région est bien placée. Et l’Allemagne n’est pas si loin. Tu as parlé d’Adipocère, avec notre ami Christian, du Ragnard fest, qui ont créé un vrai évènement très complet. Mais nous sommes vernis en terme d’organisations. Nos amis du Sylak Open Air proposent depuis quelques années un plateau magnifique et un week-end très animé. Et puis nous avons le Poul’Hard à Attignat, le LeymFest… Mais en élargissant à la région, il y a Guitare en scène, Métalgresifest, RockinGrigny, Péage en Rock, Serpaize en Rock, sans compter de multiples concerts, notamment sur Grenoble et sa scène très fournie ou sur Lyon, prolifique aussi. Mais je ne suis pas certain que nous tirions le meilleur profit de la proximité des pays limitrophes. Il y a sûrement une idée à creuser.


9- Tes affiches sont constituées de groupes heavy/hard. Pensez-vous un jour vous ouvrir à d'autres styles (Black, Death, Hardcore, Thrash, Pagan, ect..). Ou voulez-vous devenir le "Headbangers Open Air" Français?

Heavy et Hard Rock sont peut-être plus fédérateurs et correspondent plus à ma génération. Mais en l’occurrence c’est surtout une question de circonstances. Mais nous sommes ouverts à d’autres styles. Les Rolling Muppets et leur punk rock festif sont venus 2 fois chez nous (au fest et en salle), et en octobre nous aurons une affiche au style plus lourd. En mars, nous avons eu un groupe de rockabilly, en salle. Je suis moi-même fan de quelques groupes de death, ou de pagan. Comme nous sommes de deux générations différentes avec Morgan, les goûts sont multiples et forcément, à un moment, d’autres styles feront leur apparition sur scène. Encore une fois, nos rencontres où les propositions orienteront nos choix.  


10- Quels sont les principaux écueils que vous recontrez pour monter ce genre de manifestation?

Bien entendu, c’est l’argent qui nous limite le plus. Mais nous ne dépensons pas ce que nous n’avons pas et nous sommes très débrouillards. Et nous anticipons beaucoup. De plus, les groupes nous aident énormément. Toute l’équipe est bénévole, et de nombreux amis nous aident sans faire partie de l’asso. Nous bénéficions également d’une aide inestimable en matériel d’un de ses amis, Stéphane. Donc finalement, entre cet apport humain, matériel et les installations dont nous profitons, notre petite structure ne rencontre pas de gros écueils, seulement des limites qu’elle tente de repousser petit à petit. Petit handicap peut-être : le fait de se situer en campagne et ce n’est pas toujours facile de faire déplacer les fans des villes, même si nous retrouvons chez nous un gros noyau de fidèles suiveurs. Seul écueil imprévisible : le temps ! mais cette année nous essayons de prévoir de quoi limiter son impact.


11- Vous semblez très attachés au fait de proposer des tickets d'entrée à des prix abordables.

Tout à fait. C’est un leitmotiv. Nous souhaitons rester abordables pour permettre la participation du plus grand nombre. Une entrée élevée n’est pas un gage de qualité alors qu’un nombre élevé de participants est un critère de réussite. Toutes nos manifestations sont à prix minimum, vraiment une participation aux frais. Et puis cela favorise la présence de familles ou de groupes. Enfin, beaucoup plus de jeunes qu’on ne croit aiment le métal, mais ils n’ont pas un budget énorme.


12- Vous avez l'intention de proposer des stands de merchandising, des stands de restauration, des bières locales?

Nous avons bien entendu une buvette qui proposera 3 sortes de bières. Nous avons un stand snack tenu par un de nos partenaires. Mais nous souhaitons également avoir quelques stands. Certes, notre format limité en nombre d’heure ne favorise guère la présence de disquaires ou de vendeurs de fringues. Nous cherchons encore des exposants. Nous aurons un stand tenu par notre caviste (par ailleurs batteur du groupe No More Mud qui a joué sur la 2è édition) qui présentera ses bières et autres boissons estampillées « métal », une tatoueuse avec plusieurs cordes à son arc qui présentera son activité, un perceur qui exposera des bijoux entre autres, et peut-être comme l’an passé un stand maquillage, un numéro de feu, peut-être des artistes qui montreront leur travail… Mais nous cherchons encore. Ceci est un échange, encore. Nous proposons une certaine exposition à des partenaires qui eux habillent notre festival, nous crédibilisant. Encore une fois, nous faisons cela sans prétention, dans un but convivial. Enfin, je considère les photographes qui seront présents comme un stand du lendemain. Ce sont ces artistes qui le lendemain vont immortaliser nos souvenirs de la veille. Enfin, n’oublions pas que les groupes auront un stand merchandising et dédicaces. Et puis pour finir, un espace sera dédié à quelques autres festivals qui se joueront après nous ; ils pourront présenter leur fest en discutant avec le public.


13- Vous semblez attacher à faire de votre festival une manifestation emprunte d'un esprit "familial". Si vous êtes appelé à vous développer avec plus de monde sur le site, comment éviter que cet esprit s'évanouisse?

Nous tenons à cet esprit car en plus de partager notre passion de la musique, nous aimons par-dessus tout partager des moments d’amitié et faire des rencontres. Et puis nous-mêmes participons en famille. Après, si nous arrivons enfin à passer un palier significatif en terme de nombre d’entrées, et donc par ricochet en terme de programmation future, il est certain que cet esprit sera moins facile à conserver. Mais je crois qu’il sera toujours associé au Leym'Fest. Nous prendrons garde de ne pas galvauder nos valeurs pour d’autres plus froides. Ces valeurs sont le terreau grâce auquel notre festival grandit doucement. Pour garder cela, nous ne perdrons pas de vue la raison pour laquelle on fait tout cela. Et puis je crois que si l’on grandit, nous aurons aussi d’autres moyens pour habiller notre festival dans la convivialité.


14- Vous êtes des fans comme nous tous, dans l'absolu et le réaliste surtout quels groupes aimerais-tu voir jouer chez vous?

Franchement, nous n’avons pas de groupes précis en vue. Nous évitons de tirer des plans sur la comète pour garder la tête froide. Tellement de choses sont aléatoires que même si nous souhaitons nous installer dans la durée, nous gardons une vue à court terme. On a tous dans un coin de la tête un groupe que l’on aimerait avoir mais que nous n’avons pas les moyens de nous offrir. Mais nous n’évoquons pas vraiment de noms, même si nous regardons, prenant des renseignements à l’occasion… Et puis encore une fois, dans notre progression, lente mais constante, nous avons la chance d’avoir des groupes vraiment très bons.   


15- Aller on se quitte sur tes arguments pour attirer le public chez vous et tes derniers mots...

Je crois qu’il faut soutenir les initiatives, quel que soit la taille de la structure qui les propose. C’est important pour nous d’être soutenu. Nous avons un site superbe, mis en avant par les reports ou par le public. Nous n’exploitons pas encore toutes les ressources de ce site (les idées sont présentes pour le jour où nous aurons les moyens) mais il est top. L’ambiance est toujours magnifique. Nos techniciens son et lumières sont très performants et nos bénévoles méritent de voir leur investissement récompensé. Et puis nous pouvons promettre une qualité scénique et musicale avec des groupes rompus à la scène. Chaque artiste est chevronné, chaque titre est accrocheur. Heavylution, Chemical Wedding, Archange, Urgent et Fury Age sont très heureux de venir et brûlent d’en découdre. Leur bonne humeur et leur sympathie se ressentiront sur scène et l’alchimie de leur savoir-être et de leur talent rendra le spectacle performant.
Une dernière occasion de clore les vacances en beauté et de nous aider à mettre nos projets à exécution dès 2017.

Nous te remercions vivement Philippe de ton aide, et à travers toi kaosguards.com, un site que nous consultons beaucoup, pour votre soutien.

 

 
< Précédent   Suivant >

Myspace

En ecoute

start Player