Accueil arrow Interviews arrow PYRENEAN WARRIORS OPEN AIR le 02/11/2015

Kaosguards

 

PYRENEAN WARRIORS OPEN AIR le 02/11/2015

ImageInterview réalisée par mail avec l'équipe du festival.

Je vous entraîne aujourd'hui dans un monde de vrais métalleux. Ces "guerriers" de notre musique préférée ne surfent pas sur la hype du core bidule ou du hard je sais pas quoi, mais sont des adorateurs du heavy dans sa forme la plus "pure". C'est pourquoi ils ont décidé d'organiser une manifestation uniquement dédiée à ce genre. Sur le modèle du Keep It True, du Headbangers Open Air ou de l'hexagonal Rising Fest, l'ensoleillé pays catalan a accueilli la première édition du PWOA. Revenons sur le bilan et le futur de ce festival qui espèrons-le est appelé à devenir de plus en plus populaire.

 

 

1- Bonjour Pyrenean Metal, pouvez vous nous présenter le "noyau dur" de votre association qui a organisé le Pyrenean Warriors Open Air en septembre de cette année?

Patrice : Le noyau de Pyrenean Metal est composé de 5 personnes qui forment le conseil d’administration de l’association. Il s’agit de Franck Hurot, Guillaume Dousse, Guillaume Pastor, Laurent Métivier et Patrice Rohée. A la fin du fest, nous avons intégré Reynald Ferrero (hors bureau) suite à son grand investissement pour le festival et sa sincère amitié. Pour les autres, on remercie sincèrement la quarantaine de bénévoles qui a accompli un travail exemplaire sur le fest.

2- Expliques-nous comment vous êtes rentrés en contact avec votre tête d'affiche TOKYO BLADE qui il faut bien le reconnaître n'est pas très exposé au niveau concerts en France?

Guix : C'est moi qui suis rentré en contact avec eux. Ce n'était pas bien compliqué, en regardant sur le facebook de la page "fan" officielle (vu qu’au moment où je l'ai contacté le groupe n'avait pas encore de compte) je suis tombé sur un mail de contact, j'ai donc envoyé un mail et c'est Andy Boulton (le guitariste) qui m'a répondu directement vu qu’ils n'avaient pas encore non plus de manager.

3- De manière générale comment avez-vous choisi vos autres groupes?

Laurent: On a fait tout bêtement une liste de ce qu’on aimerait bien voir en France et on s’est réparti les groupes pour les contacter et connaître leurs conditions. On attend pour certains encore la réponse ^^ Les premiers à avoir accepté de venir jouer ont été Atlantean Kodex et je leur en remercie grandement car cela a apporté d’entrée de jeu un certain crédit à la qualité du festival. Pour Iron angel, tout s’est calé en moins d’une journée, le co headliner que nous visions à l’époque avait malheureusement dû se désister pour un problème d’emploi du temps. Les allemands se sont montrés très enthousiastes vis à vis de notre projet. Pour tous les autres groupes, cela a été très simple aussi, vu que nous les connaissions déjà et que nous savions leurs valeurs et motivation. Puis quoi de mieux que de jouer du heavy metal sous le soleil du pays catalan au mois de septembre !

4- Quel a été l'élément déclencheur qui vous a donné envie de monter un festival heavy metal tout en sachant que ce style peine à attirer les foules ces dernières années?

Guix : Depuis que l'association existe nous organisons des concerts sur Perpignan et sur Torreilles mais le fait d'organiser un festival était de l'ordre du rêve jusqu'au jour où, durant le forum des associations de Torreilles (septembre 2014), le nouveau maire du village est venu nous voir en nous disant "Les gars, montez moi un dossier pour un festival heavy metal sur Torreilles". Donc voilà comment le festival est né.

Patrice : Ce fut un long processus à vrai dire. Bien que les groupes viennent quasiment tous jouer pour un simple défraiement (et encore, certains même pas) il est toujours difficile de boucler les budgets à la fin d’un évènement. Hébergement, technique, backline, restauration, les hectolitres de bières, etc. Tout ceci ayant un coût non négligeable… Impossible alors pour nous d’imaginer de voir plus grand qu’un concert invitant 2 ou 3 groupes sauf si, par miracle, les élus de la ville de Torreilles, très dynamiques en terme de culture, arrivaient à nous faire confiance. C’est sur ça que nous avons travaillé durant des années. Nous organisions nos concerts à Torreilles, au bar le Bistroquet, que je profite pour remercier ici, et à chaque fois, les élus venaient nous rendre visite. Très bien accueillis par le public et rassurés de ne pas voir arriver des hordes de sauvages prêtes à tout casser, ils ont fini par nous donner notre chance. La suite s’est passée exactement comme Guix le dit au dessus. Nous avons eu une véritable main tendue de la part du maire de Torreilles, Marc MEDINA, qui nous a préparé un superbe lieu à proximité de Juhègues et financer au 1/4 le budget du festival. Nous lui devons le respect durant des siècles ah ah ! Pour ce qui est du style et de la foule, nous visons, par le biais du Heavy Metal Traditionnel, un réel public de passionnés. La question était surtout de savoir si ce public allait prendre la route pour nous rejoindre. La réponse est aujourd’hui connue et nous réconforte dans nos choix culturels.


5- Torreilles (aux alentours de Perpignan) la ville qui a accueilli votre festival est dans l'extrême sud de notre hexagone et du coup pas central par rapport aux grandes métropoles françaises. Penses-tu que cela soit un handicap pour attirer les gens situés plus au nord de chez vous?

Patrice : Oui ça peut l’être mais sa proximité avec la plage à 4 km et ses atouts touristiques en font un bon compromis. Nous mettons tout en oeuvre pour permettre à des familles de venir faire la fête et passer un bon moment par chez nous. Alors que les tarifs d’hébergement en cette saison sont encore assez élevés, nous permettons aux festivaliers de poser gratuitement la tente. Les Food Trucks apportent sur place une restauration de qualité. Tout cela, en plus bien entendu des concerts, permet de passer un superbe week-end. Le plus gros handicap vis à vis de notre situation géographique reste malheureusement les accès, que ce soit par avion ou par train. Bien que vivant dans un département touristique, nous avons souvent l’impression d’être coupé du monde...

6- Votre département est  à une encablure de l'Espagne. Avez-vous beaucoup de public de ce pays à votre connaissance qui a traversé la frontière pour voir Hitten (groupe de Murcie au sud de l'Espagne) notamment ?

Laurent: Les guerriers ibériques sont vraiment venus nombreux, dont certains de Madrid et Murcie. Cela prouve leur motivation et la qualité de la prog. Les catalans du sud se sont bien bougés aussi, en fait, le public du PWOA est celui qu’on retrouve dans tous les bons petits fests de metal trad, on se connait tous, on se retrouve tous aux mêmes endroits plusieurs fois par an pour la même passion, que ce soit en Allemagne, Barcelone ou Tarbes, donc finalement, quoi de mieux que de rajouter un nouveau rendez-vous annuel où tous se retrouver une fois de plus pour notre passion.

7- Je m'intéresse depuis toujours à la scène hispanique qui est très branchée « heavy ». Je suppose que vous aussi en raison de votre situation géographique ?

Guix: Effectivement nous suivons la scène "heavy" espagnole depuis un bon moment déjà. Chaque année, nous partons sur des festivals à Barcelone et à chaque fois, nous réussissons à découvrir de nouveaux groupes. C'est grâce à cela que nous avons pu faire venir dans le cadre des soirées "Heavy Metal Night" Iron Curtain, DrX et Steel Horse.
Laurent: Je rajouterai que bien avant les soirées “Heavy Metal Night”, nous avions fait jouer dans des contextes au son plus extrême Korgüll & the exterminator, Graveyard, Crysys, Steelgar et Forscor. De plus, nous nous rendons très souvent là-bas pour des concerts, il y a une scène qui fourmille de groupes et d’assos. D’ailleurs, Pyrenean Metal est en étroite collaboration au niveau promotionnel avec l’Asso Metalcova de Barcelone qui organise un chouette festival tous les ans en novembre.

8- Pensez-vous que vous pourrez attirer de méga-groupes espagnols comme Mägo de Oz, Tierra Santa et surtout, pensez-vous qu'ils intéressent le public français ?

Guix : Mägo de Oz et Tierra Santa ne sont pas des groupes que nous cherchons à programmer sur le PWOA mais par exemple un Baron Rojo serait idéal pour nous.
Effectivement les groupes espagnols ne sont pas forcement connus du grand public mais ils peuvent attirer des foules car beaucoup n'ont jamais passé la frontière pour venir jouer en France.

Laurent: Perso, je reste fan des 1er albums de Muro et Obüs, donc si il y a moyen de les faire passer dans notre fest un jour ça sera avec plaisir. Cela pourrait être de belles découvertes pour le public français.

9- Un autre festival en Bourgogne (le Rising Fest pour ne pas le citer)  est passé d'un jour de festival à deux. Est-ce que vous envisageriez une telle possibilité à l'avenir ?

Laurent : A l’heure actuelle, non. Nous en avons parlé brièvement il y a quelques temps. Pour le moment, tâchons de bien faire le job sur une journée, le PWOA doit grandir petit à petit, doucement mais sûrement.

10- Sais-tu combien de personnes sont venues garnir les travées de ton festival et à terme, quelle est la capacité que tu ne souhaiterais pas dépasser pour que tout cela reste à « taille humaine » ?

Laurent: On a fait près de 370 entrées payantes, plus les invités, staff et musiciens, on était donc plus de 500 sur le site. On espère passer les 450 entrées l’année prochaine et à long terme limiter la jauge à 1000 personnes. Cela serait fabuleux et nous permettrait de travailler avec des groupes dont nous n’avons pas encore les moyens de faire venir.  A ce propos, pour concrétiser nos rêves de 2016, il est possible que le tarif d’entrée soit légèrement augmenté, mais un 8ème groupe se rajouterait à l’affiche. Nous étudions en tout cas fortement cette possibilité.

11- Vous avez déjà des pistes pour la prochaine édition niveaux programmations ?

Guix : Dès que nous avons eu l'autorisation pour faire un numéro 2 nous avons contacté une trentaine de groupes afin de voir les disponibilités et les cachets de chacun.
Donc effectivement nous avons plusieurs pistes pour l'affiche et elles seront prochainement dévoilées (ndlr: depuis ADX, Horacle et Terminus ont étés programmés)


12- A titre personnel, j'ai vu que vous étiez multi-impliqués dans un groupe de heavy traditionnel français (Tentation) avec des gars de l'association. Vous avez l'air d'être une petite famille qui se serre les coudes ? (attention à la consanguinité quand même ahahah ceci dit !)

Patrice : Oui, ces derniers mois sont très actifs entre le groupe et l’association dans lesquels on retrouve des personnes communes. Tant que tout se passe bien, on en profite !

13- L'interview se termine, je te laisse nous donner envie de rejoindre les rangs des metal freaks à Torreilles pour tes futures éditions…

Guix : La bière est bonne et il y a du soleil. Je pense que c'est l'atout principal pour un festivalier ahahah.

Patrice : Week-end pas cher au bord de la méditerranée avec en prime des superbes groupes sur scène. Le pied !

Laurent: Heavy Metal, fraternité et saucisse catalane !

 

Evildead

 
< Précédent   Suivant >

Myspace

En ecoute

start Player