Accueil arrow Chroniques Albums arrow OBESE "Kali Yuga" (Pays-Bas)

Kaosguards

 

OBESE "Kali Yuga" (Pays-Bas)

OBESE Kali YugaD'une part, le titre de cet album désigne le quatrième et dernier âge de l'hindouisme, l'âge noir.

D'autre part, l'artwork retenu est une œuvre (« La Maison de Lazare ») du poète, peintre et graveur anglais du 19ème siècle William Blake, dont les travaux témoigne d'un mysticisme chrétien fervent. En conséquence, on pouvait s'attendre à un Metal certes sombre mais aussi marqué par la religion ou, à tout le moins, le mysticisme. Hé bien, on aura eu raison pour la teinte sombre mais tort sur le mysticisme.

Pour définir le Metal de OBESE, il faut plutôt se fier au patronyme de la formation hollandaise qui a adopté une approche lourde et agressive, brute de décoffrage, franchement hostile et inamicale. Il faut s'imaginer un DOWN plus radical, un ROLLINS BAND des débuts, avec le côté direct dans ta gueule propre au Hardcore et la colère tellurique inhérente à NEUROSIS. Les rythmiques se font immanquablement pesantes et des riffs crépitants et granuleux, crades et rampants, toutes choses qui recevraient sans coup férir la bénédiction des MELVINS. Comme dans cette bourbe électrique, les guitares se fendent de motifs vaguement bluesy et boogie, on imagine tout à fait le Proto Metal de BLUE CHEER (celui de « Vincebus Eruptum ») qui aurait été plongé dans les sinistres cuves de Tchernobyl. Par ailleurs, le chant rauque et écorché me rappelle par moments les éructations incontrôlées de Cronos du temps des grandes heures de VENOM.

Certes, OBESE ne fait pas dans la dentelle, encore moins dans l'innovation. Mais il faut avouer que le groupe parvient à insuffler à sa lourdeur congénitale une sorte de groove malsain qui plaira sûrement à la frange la plus rugueuse des fans de Stoner Rock. De même qu'il glisse de ci de là des discrètes tentatives mélodiques : quelques zébrures psyché sur « Rite Of Fire », le petit riff entêtant en introduction de « The Blister Blast », les jolies voix féminines en ouverture de « Steamroller », les guitares rétro 70's de « Down The Gauntlet »...

La première écoute de « Kali Yuga » s'avère relativement éprouvante mais je vous assure que des écoutes répétées permettent de saisir toujours plus de nuances au sein d'un ensemble magmatique qui demeure globalement intransigeant. Définitivement, les amateurs du romantisme anglais en général et de William Blake peuvent passer leur chemin...

Alain Lavanne

 

Date de sortie: 01/06/2015

Label: Argonauta Records

Style: Stoner Sludge

Note: 14/20

Ecoutez ici

 
< Précédent   Suivant >

Myspace

En ecoute

start Player